“El Barco Amarillo” une famille qui vit de la voile

Auteur Lidia Naranjo Martínez
15/04/2020

Ils ont compris que pour naviguer, ce dont vous avez besoin, c'est de temps, alors ils l'ont fait avec le temps. “El Barco Amarillo”, une famille vivant à bord, explique dans cette interview ce qu'a été leur vie depuis leur départ.

el-barco-amarillo-2

Un couple avec leur fils de trois ans, Ulises, et leur petit chien, Lula, naviguent depuis un an et demi le long des côtes du Brésil dans un voilier jaune de 9 mètres. Il ne s'agit pas de vacances, et ils n'ont pas de date de retour, mais plutôt leur mode de vie. Constanza Coll et Juan Dordal ont quitté leur travail et la routine de la ville de Buenos Aires pour se lancer dans une aventure sans but sur les mers. Aujourd'hui, ils sont sur l'Ilha Grande, dans l'État de Rio de Janeiro, quelques semaines avant la naissance de leur deuxième fille.

La famille, connue dans les réseaux sociaux sous le nom de "El barco amarillo", partage ses expériences à bord dans ses comptes Instagram, Facebook et Youtube, où elle explique son aventure, donne des conseils sur la navigation et la vie à bord.

Dans cette interview, Constanza et Juan parlent de leur changement de vie depuis qu'ils ont pris la mer. Ils expliquent comment les vertus (principalement le temps et le contact avec la nature) compensent les inconvénients de la vie en mer (comme le fait de devoir porter ses courses dans un auxiliaire pour se rendre au bateau en ramant ou de devoir chercher de l'eau dans les cascades au moyen de tambours). Ils nous révèlent quel est le filtre pour accueillir les gens dans leur bateau, quels sont les paysages les plus idylliques qu'ils ont traversés, ainsi que l'expérience la plus dangereuse qu'ils ont vécue en mer. Ils nous parlent également de leur expérience à bord lors de la quarantaine du COVID-19.

La vie sur “El Barco Amarillo”

Comment est née l'idée de quitter la terre ferme pour vivre à bord d'un voilier ?

J : Nous avons toujours voulu un style de vie différent. Il y a environ huit ans, lorsque nous avons fait les premiers cours et commencé à faire de la voile, nous avons découvert que la voile était bien plus qu'un sport et qu'elle pouvait nous offrir un mode de vie différent. A partir de là, nous avons commencé à naviguer vers des ports de plus en plus éloignés. Nos objectifs n'étaient pas la vitesse, ou la victoire dans les courses, ou quoi que ce soit de ce genre, mais plutôt la planification de la navigation vers des ports de plus en plus éloignés. Cela nous a amenés de Buenos Aires à l'Uruguay. Quand nous avons terminé la côte uruguayenne, nous avons fait les premiers ports brésiliens et maintenant nous naviguons depuis un an et demi le long de la côte brésilienne. Nous nous sommes rapidement habitués à ce mode de vie et nous avons réalisé que pour continuer à connaître de nouveaux ports, il nous fallait plus de temps. La voile prend plus de temps que d'argent et nous avons donc décidé de prendre le temps nécessaire.

Qu'avez-vous abandonné dans votre vie lorsque vous avez décidé d’embarquer ?

J : Nous avons laissé beaucoup de choses pour vivre à bord. Nous avions une vie bien armée avec une stabilité économique : je suis psychologue et Coni est communicatrice sociale et graphiste. Nous avons tous les deux travaillé dans de bonnes entreprises, bien que le dernier emploi de Coni ait été celui d'un freelance. J'ai même travaillé dans trois entreprises. Mais un jour, nous avons décidé de renoncer à certains conforts et à la tranquillité, comme le fait de recevoir un salaire à la fin du mois, pour nous embarquer dans une situation dont nous ne savions pas comment elle allait tourner. J'ai donc progressivement abandonné mes trois emplois et Coni a également quitté son travail de freelance. Il était alors temps pour nous de faire notre dernier petit saut, qui consistait à mettre notre appartement en location et à commencer notre vie sur le bateau.

En ce qui concerne l'expérience à bord, comment est votre nourriture sur le navire ?

C : Nous avons décidé de ne pas avoir la même nourriture que celle que nous avions en Argentine. Nous pensons que la meilleure façon de manger est de s'adapter à l'endroit où l'on se trouve. Nous mangeons donc beaucoup de poisson, alors qu'à Buenos Aires, nous mangions beaucoup de viande. Depuis notre arrivée au Brésil, Juan a décidé de pêcher. Avant, il pêchait toujours avec une canne à pêche et maintenant il pêche avec un harpon. Cela nous assure une bonne dose de poisson par semaine et nous essayons ensuite de préparer un repas aussi sain que possible pour nous et nos enfants, avec beaucoup de produits faits maison. Par exemple, au lieu de biscuits, nous faisons des gâteaux. Nous essayons de cuisiner avec beaucoup de légumes et de fruits, ici au Brésil il y en a en abondance. La principale différence réside dans les produits, car il y en a beaucoup ici qui ne sont pas disponibles à Buenos Aires, comme le lait de coco, la mangue, le mamon, l'ananas, etc.

Pêche familiale. Photo : "El Barco amarillo." Pêche familiale. Photo : El Barco Amarillo.

Peut-on vivre sur un voilier de 9 mètres avec le confort d'une maison ?

C : Les commodités sont bien sûr différentes de celles d'une maison. Maintenant, pour avoir de l'eau, il faut aller à terre. Au Brésil, les gens cherchent souvent de l'eau douce dans les chutes d'eau, alors nous allons avec des bidons pour charger l'eau dans le réservoir. Pour faire les courses, nous devons ramer, puis marcher et porter les sacs. Bien sûr, il est beaucoup plus facile d'aller en voiture au supermarché, de prendre une douche chaude, etc. Nous n'avons pas ce genre de commodités sur le bateau, mais nous avons beaucoup d'autres commodités qui ont trait principalement au temps et au contact avec la nature, qui est très éloignée à Buenos Aires. Avec le bateau au Brésil, nous avons trouvé de grands paradis, ce qui devient un véritable confort pour nous.

Constanza et Ulysse avec l'achat chargé dans l'auxiliaire pour atteindre leur bateau. Photo : "El barco amarillo." Constanza et Ulises avec les courses chargées dans la barque pour atteindre leur bateau. Photo : El Barco Amarillo.

Vous envisagez d'acquérir un nouveau bateau plus grand ?

J : Pour l'instant, nous sommes satisfaits de celui que nous avons. Nous venons de déménager sur un bateau plus grand, plus approprié pour une famille de cinq personnes, en comptant le petit chien qui nous accompagne pendant le voyage. C'est un Jeanneau Sunrise 35. Le bateau avec lequel nous avons commencé, le Tangaroa 2, était un One Off 30 et était idéal à bien des égards car il était en acier et très sûr. C'est l'essentiel pour accueillir une famille en voyage, mais nous avons décidé de le changer précisément à cause de l'inconfort. Par exemple, elle n'avait pas de réfrigérateur, pas de douche intérieure et n'avait qu'une seule cabine pour nous deux et Ulysse dormait dans un lit superposé. Mais nous avons estimé que cela suffisait pour commencer le voyage. Nous pensions que si nous nous mettions à réfléchir à ce qui manquait, nous ne prendrions jamais la mer. Plus tard, et surtout avec la grossesse, nous avons commencé à penser à la changer et une opportunité s'est présentée au Brésil. Nous avons vendu notre bateau très rapidement par Instagram à une autre personne qui est venue dans le pays pour réaliser un rêve et le fait qu'il va faire avec d'autres ce qu'il a fait avec nous nous rend également très heureux.

Photographies de l'expérience à bord du Tangaroa2. Photo : "El Barco Amarillo" Photographies de l'expérience à bord du Tangaroa2. Photo : El Barco Amarillo

Dans votre profil Instagram, vous dites que vous accueillez des personnes sur votre bateau. Comment décidez-vous avec quelles personnes vous allez vivre sur votre bateau pendant un certain temps ?

C : Nous ne choisissons pas les gens qui viennent, ils nous choisissent. Lorsque nous avons commencé à partager notre vie par le biais des réseaux sociaux, certaines personnes ont commencé à demander si elles pouvaient venir vivre une expérience à bord avec nous. Nous avons précisé que ce n'était pas un bateau charter, ni un bateau de luxe, qu'il n'avait pas de réfrigérateur, ni de douche, qu'il était petit et qu'ils allaient devoir partager l'espace avec un enfant et un chien. Ils voulaient toujours venir naviguer avec nous. Ces personnes nous connaissent grâce à nos réseaux sociaux, elles savent comment est le bateau et comment est la vie à bord et c'est ce qui fait le filtre. Nous leur posons quelques questions sur les problèmes de santé, l'expérience de la navigation et la nourriture, mais nous ne conditionnons pas leur choix, ils savent déjà ce qu'ils viennent faire. Jusqu'à présent, nous avons accueilli plus de 100 personnes et toutes les expériences ont été couronnées de succès, nous continuons donc à le faire de cette manière.

Comment diriez-vous que votre vie a changé depuis que vous naviguez ?

J : Il a changé à 100%. Au fond, la chose la plus importante concerne la gestion du temps. En ville, par exemple, je quittais ma maison à 7h-8h du matin et j’arrivais à 21h. Je voyais pratiquement mon fils dormir. Je ne pouvais pas participer à la vie quotidienne, à l'éducation, etc. Nous avons décidé de commencer ce voyage parce que nous voulions être plus en famille. Nous avons pensé que la meilleure chose que nous avions à offrir à notre fils n'était pas la stabilité économique, mais une vie différente avec de l'aventure, du temps, de l'amour et de la présence. Aujourd'hui, nous sommes ensemble 24 heures sur 24 à planifier le quotidien sans savoir très bien ce que nous allons faire le mois prochain, et encore moins l'année prochaine. Nous savions ce que serait notre vie si nous continuions à travailler dans la même entreprise, à quel âge nous allions prendre notre retraite, quand nous allions prendre nos vacances, où nous allions aller, etc. Nous avions tout prévu et aujourd'hui, nous ne pouvons plus rien faire. Nous avons appris à vivre en prenant des décisions différemment.

Expériences à bord

Vivant en mer depuis si longtemps, vous avez dû avoir plus d'une frayeur, qu'il s'agisse d'une mauvaise tempête, du mauvais temps ou de quelque chose d'inattendu sur le bateau lui-même. Quelle a été l'expérience la plus dangereuse que vous ayez vécue ?

J : Je pense que le plus grand mérite que nous avons est de n'avoir connu aucune situation où nous avions peur. La navigation la plus difficile a peut-être été une nuit où il y avait un vent assez fort et où nous avons été pris dans un filet de pêche clandestin, qui n'était pas marqué.  Heureusement, nous étions loin de la côte, mais c'était compliqué, car nous ne faisions que passer un cap. De plus, nous n'avions plus de moteur parce que l'hélice s'était prise dans le filet. Le vent était assez fort et, en hissant toute la voile, nous avons pu passer à travers le filet. Nous avons dû naviguer purement à la voile pendant deux jours de plus jusqu'à ce que nous arrivions au port. Une fois arrivés, couteau à la main, nous avons sauté dans l'eau, sorti le filet et tout cela a été une vraie frayeur. C'est pourquoi j'aime les bateaux à voile, car ils ont deux modes de propulsion : la voile et le moteur. Il est très rare que les deux échouent et cela donne une énorme marge de sécurité. A part cela, ce n'est pas parce que nous avons une approche très prudente de la navigation. Notre devise est que, s'il y a le moindre doute, nous prenons la décision la plus sensée : ne pas naviguer. 

Vous avez également eu l'occasion de naviguer dans les plus belles eaux. Quel est l'endroit le plus idyllique que vous ayez jamais visité ?

C : Nous sommes actuellement à Ilha Grande, Rio de Janeiro, qui est un archipel de 365 îles. La vérité est que cet endroit nous a beaucoup surpris. Nous l'avons trouvé très beau. La vie ici est très facile, elle est tropicale et le climat est toujours très agréable. Pour l'instant, c'est le paradis que nous avons pu atteindre dans cette première étape du voyage. Et nous prenons nos décisions pas à pas, sans nous hâter et sans penser que le paradis se trouve dans un tel endroit. Par exemple, nous n'avons pas entrepris d'aller dans les Caraïbes, ni de faire le tour du monde pour trouver des paysages idylliques, mais nous les trouvons plutôt au fur et à mesure.

Ulises et Lula contemplant une crique sur l'Ilha Grande. Photo :"El barco amarillo." Ulises et Lula contemplant une crique sur l'Ilha Grande. Photo : El Barco Amarillo.

Quelles sont vos prochaines destinations ?

J : En ce moment, comme l'a dit Coni, nous naviguons à Ilha Grande, dans l'État de Rio de Janeiro et nous ne savons pas où nous allons aller. Presque comme philosophie de vie, il se peut que nous ayons ce bateau au Brésil et que nous fassions d'autres expériences pendant l'hiver de l'hémisphère sud en voyageant vers l'hémisphère nord, peut-être pas avec ce bateau, mais avec des bateaux charter qui nous donnent des échanges. Nous avons même pensé à faire un voyage en camping-car, disons toujours avec l'idée que le bateau est notre maison. Pour le dire en quelque sorte, un terrain ferme, et à partir de là, planifier d'autres voyages. Nous avons aussi d'autres options de navigation, parce que peut-être nous retournerons au nord-est, peut-être nous resterons ici. Honnêtement, nous ne le savons pas et nous aimons que cela reste ainsi.

Quelque chose à ajouter...

J : Ce qui est frappant, c'est que pour nous ce mode de vie est vraiment beau, mais pourtant il y a très peu de familles qui le font. Nous avons rencontré des marins du monde entier, mais ce sont toujours des gens qui sont en régate ou des retraités. Il y a très peu de familles qui naviguent. Nous ne savons pas vraiment pourquoi, mais je pense que la voile a mauvaise réputation et que cela a quelque chose à voir avec cela : chaque fois qu'un film de voile sort, le bateau a des problèmes ou quelqu'un meurt... Je pense que nous avons été amenés à croire que c'est dangereux et c'est peut-être ce qui empêche les familles de se réjouir. J'ai cependant le sentiment que mon fils est beaucoup plus protégé sur le bateau que dans une grande ville où règnent l'insécurité, les vols, les voitures, etc. Ainsi, chaque fois que nous pouvons contribuer à briser ces mythes et à rapprocher les familles de la vie nautique, nous sommes heureux et nous avons le sentiment de rendre un peu de ce que nous avons reçu.

Situation à bord face au Coronavirus

L'arrivée du coronavirus change la vie de nombreuses personnes qui sont obligées de rester enfermées dans leurs maisons en quarantaine. Comment se passe votre vie sur le bateau maintenant face à cette pandémie ?

C : L'île sur laquelle nous nous trouvons, Ilha Grande, a été fermée au tourisme. C'est-à-dire que plus personne n'a débarqué du bateau de croisière. Notre navire est suralimenté. Nous faisons un bon achat à l'avance, ce qui nous permet d'être bien préparés au cas où les prix augmenteraient ou s'il y aurait une pénurie sur l'île. En outre, nous pouvons nous nourrir d'eau et de poissons car, comme nous l'avons déjà dit, il y a sur cette île de nombreuses chutes d'eau douce et nous avons un harpon au cas où nous manquerions de viande. Juan va se consacrer à la pêche pendant ces jours de quarantaine. Nous sommes donc bien servis. D'autre part, nous limitons nos contacts avec les gens et la vérité est que sur le bateau, c'est très facile et ce n'est pas du tout un sacrifice, puisque l'on peut sauter dans la mer, nager et aller sur des plages où il n'y a personne pour se promener et se balader sans aucun risque. 

La famille pendant sa quarantaine sur le bateau : ils jouent des instruments, lisent, dessinent, nagent, jouent avec Lula, etc. Photo :"El barco amarillo La famille pendant sa quarantaine sur le bateau : ils jouent des instruments, lisent, dessinent, nagent, jouent avec Lula, etc. Photo : El Barco Amarillo

Comment considérez-vous le moment de la naissance maintenant dans cette nouvelle situation ?

C : La vérité est que le moment de la naissance nous inquiète, puisqu'il se situe entre fin mai et début juin. À ce moment-là, au Brésil et en Argentine, ce sera l'hiver. Cela signifie que, s'ils ne parviennent pas à contrôler la pandémie dans nos pays avant l'arrivée de l'hiver, il pourrait y avoir un pic de cas très important. C'est pourquoi nous n'avons pas encore décidé où nous allons avoir notre fille, que ce soit au Brésil ou en Argentine. Au Brésil, il fait beaucoup plus chaud, ce qui limite le virus, tandis qu'en Argentine, nous avons une très bonne préparation médicale qui pourrait être une solution. Le problème est que, pour se rendre en Argentine, il faut passer par deux aéroports. La vérité est que la comparaison entre Angra (Brésil), qui est une petite ville où aucun cas n'est apparu jusqu'à présent, et Buenos Aires (Argentine), qui est une grande ville et probablement pleine de cas, nous incite à avoir notre fille ici au Brésil.

Constance fait du yoga et des exercices de relaxation pour la grossesse. Photo : "El barco amarillo" Constanza lors d'une séance de yoga et d'exercices de relaxation pour la grossesse. Photo : El Barco Amarillo

En savoir plus sur :

Vivre à bord d'un bateau