Tout savoir sur les voiliers: coque, quille, gouvernail et gréement

Auteur Maria José Lemos
23/04/2019

Connaître les différents types de coques, quilles, gouvernails et gréements vous aidera à mieux connaître votre voilier ou à choisir celui qui convient le mieux à votre programme de navigation.

  • Les voiliers sont des bateaux qui se déplacent grâce à l'action du vent sur leurs voiles. Les voiles, ainsi que le gréement, la coque, la quille et le gouvernail, permettent le système de «transformation» de l'énergie du vent en poussée.

  • Les voiliers varient en taille et vont des voiliers légers comme l'Optimist de (2,40 mètres) aux immenses yachts de plus de 140 mètres comme le Sailing Yacht A (Les dimensions des voiliers sont exprimées en mètres ou en pieds).

Deux voiliers, l'optimist et le superyacht A L'Optimist et le Superyacht A sont des voiliers totalement différents et non pas que par leurs tailles.

Dans cet article, nous présenterons les points suivants :

  1. Types de coques
  2. Types de quilles
  3. Types de dérives
  4. Types de gouvernails
  5. Types de gréements
  6. Différents voiliers, différentes utilisations
  7. Acheter un voilier
  8. Combien cela coûte ?
  9. Voiliers à vendre

1. Types de coques

1.1. Monocoques et multicoques

La coque est la partie principale du voilier et celle qui le fait flotter. On peut identifier deux grands groupes de coques: les monocoques et les multicoques. Dans ce dernier groupe, nous incluons les catamarans et les trimarans.

Les monocoques ont une seule coque et sont les plus vendus sur le marché. Tous les monocoques ne sont pas identiques, on peut les distinguer non seulement en raison de leur taille et de leur forme, mais aussi en raison du matériau utilisé pour leur construction, du type de quille et du gréement.

Les multicoques les plus communs sur le marché sont les catamarans, suivis des trimarans. Les catamarans sont des navires à deux coques identiques reliées entre elles par une plate-forme rigide. Les trimarans ont trois coques: une coque centrale (habitable) et deux autres plus petites, de chaque côté de la coque centrale, réunies par des structures rigides en forme de bras tubulaires.

Les catamarans offrent plus d'espace et de confort que les monocoques; Ils sont également généralement plus rapides avec des vents forts et beaucoup plus stables en raison d'une largeur plus grande. Les catamarans sont devenus plutôt populaires sur le marché des séjours, à la fois charter et privé.

Les trimarans ne bénéficient pas de la même popularité, bien qu'aujourd'hui on trouve plusieurs marques prestigieuses sur le marché. Il existe des modèles qui peuvent être pliés, ce qui permet de réduire considérablement votre largeur totale.

1.2. Forme et matériau de construction

En général, on peut distinguer trois formes de coque: arrondie, à fond plat et en V. Nous approfondirons chacun de ces types de coques dans un autre article.

Le matériau de construction traditionnel des coques de bateaux à voile - le bois - compte encore de nombreux adeptes, même si actuellement près de 90% des voiliers construits dans le monde sont en PRFV (Polyester Renforcé avec de la Fibre de Verre). L'aluminium est un autre matériau assez utilisé pour la construction des coques, en particulier pour les voiliers océaniques, bien que le nombre de bateaux construits en composite de fibre de carbone (un matériau léger mais résistant) soit en croissance. La composite de fibre de verre est généralement utilisée pour les bateaux de compétition.

Le choix du matériau de construction dépendra de facteurs tels que la dureté, la résistance, l'entretien, la sécurité, le coût et la durabilité. Vous pouvez également prendre en compte des facteurs esthétiques, comme la finition brillante obtenue avec le gelcoat dans le PRFV, mais l'idéal est que vous soyez bien conseillé et que vous preniez en compte votre programme de navigation. Les programmes des voiliers légers et de croisières costières (c'est-à-dire les programmes de la plupart des bateaux de plaisance) sont adaptés au PRFV, bien qu'ils ne soient pas faits pour naviguer dans des conditions extrêmes ou pour de longues périodes. Cependant, les bateaux en fibre se détériorent au fil du temps à cause des rayons UV et de l'osmose. Les coques en aluminium sont plus dures et résistantes et donc plus sûres, mais tout cela a un prix et n'est avantageux que si vous avez l'intention de faire de longs voyages.

2. Types de quilles

Très souvent, vous pourrez lire des articles sur des bateaux spécifiques ou sur la navigation à voile en général dans lesquels vous vous rendrez compte qu'il existe une certaine confusion entre la quille et la dérive. La différence entre ces deux concepts est pourtant claire. La quille est la partie inférieure de la coque, qui va de la proue à la poupe à travers la ligne de travée. Elle fait partie intégrante de la coque, elle peut avoir plusieurs configurations, elle supporte le ballast, elle est fixe et sa fonction principale est d'assurer la stabilité. La dérive est un ajout qui sert de résistance latérale et qui est mobile. La combinaison de l'énergie captée par les voiles et des forces exercées sur la quille et sur ces ajouts (qui comprennent également le gouvernail) est transformée en poussée qui fait avancer le bateau de manière contrôlée.

La quille contient le lest qui contribue à augmenter et à maintenir la stabilité du bateau, en contrecarrant les forces exercées sur les voiles: plus il y a de lest, plus le bateau sera stable, mais aussi plus lourd et plus lent. Les quilles peuvent être de différentes formes. Parfois, la conception de la quille de certains voiliers de course est gardée secrète car c'est une innovation conçue exclusivement pour ce bateau en particulier. Des années plus tard, beaucoup de ces innovations sont transmises au marché des bateaux de plaisance, et sont adaptées en fonction des bateaux. Elles sont généralement fabriqués dans des alliages de plomb, de fer ou d'autres matériaux à haute densité. En général, chaque type de coque correspond à un certain type de quille et de dérive, ce qui conditionne et améliore la performance et la navigation de chaque bateau.

Les dérives servent de surface anti-dérive, empêchant le bateau de dériver trop loin sous l'action du vent sur les voiles. La dérive aide également à redresser le bateau car elle abaisse le centre de gravité et contrecarre la gîte.

2.1. Quille longue

Le quillard va de la proue à la poupe avec une forme allongée, peu profonde et large qui est confondue avec la forme de la coque, on le trouve généralement dans les plus vieux voiliers. Il permet bien sûr une grande stabilité et plus de vitesse, ce qui peut représenter un avantage pour les navigateurs expérimentés puisqu'il y a moins de corrections à effectuer sur la route. L'augmentation de la surface mouillée et du poids font que ces bateaux ont une grande inertie et, par conséquent, il sera plus difficile de changer de cap. Les voiliers à quillard sont plus difficiles à manoeuvrer vers l'arrière et ont un grand rayon de braquage, ce qui rend les manœuvres difficiles au port. Cependant, ils ont moins de tirant d'eau, ce qui peut être un avantage pour certains marins.

2.2. Quille semi-longue

La quille semi-longue est plus courte et n'occupe que la partie centrale de la coque, bien qu'elle soit beaucoup plus allongée qu'une quille droite. Elle a l'avantage de compenser certains des problèmes de la quille longue et de maintenir la stabilité.

2.3. Quille droite (plate ou trapézoïdale)

C'est le type de quille le plus commun sur les bateaux de plaisance modernes. C'est une quille profonde et étroite, mais courte par rapport à la longueur totale de la coque. Les bateaux à quille plate ou trapézoïdale sont généralement plus rapides et plus faciles à contrôler que les bateaux à quille longue. Ils répondent également mieux au gouvernail. En général, ce type de quille convient aux bateaux de croisières et aux programmes de week-end ou aux traversées courtes. En raison de sa taille, et n'étant pas entièrement intégrée dans la structure de la coque comme la quille longue, elle est plus exposée à la casse. Un autre inconvénient est l'augmentation du tirant d'eau du navire qui peut empêcher l'entrée dans certains ports.

2.4. Quille de roulis

Les bateaux à quille de roulis ont deux quilles peu profondes, situées à bâbord et à tribord de la coque. Ces voiliers peuvent être accostés sur une plage, dans le sable ou dans la boue à marée basse. Les deux quilles améliorent également l'équilibre du bateau, jouant le rôle d'ailettes de stabilisation. Elles sont habituellement montées sur de petits voiliers mais ne sont pas aussi efficaces que la quille longue pour réduire la dérive.

2.5. Quille à bulbe et quille à ailettes

C'est une variante de la quille droite dans laquelle le poids est concentré dans une ampoule ou des ailettes. Ce lest augmente la stabilité du bateau puisque le poids est concentré plus bas, permettant également un tirant d'eau plus petit, ce qui est idéal dans les eaux peu profondes. Beaucoup de voiliers de course ont des quilles à bulbe (ou à ailettes) parce qu'elles permettent plus de vitesse et de maniabilité. Cependant, ce type de quille implique également une plus grande surface mouillée, abaissant le centre de gravité, et une coque plus plate, ce qui signifie moins de confort, en particulier dans les mers agitées. Certains voiliers sophistiqués comme l'IMOCA 60 ont une quille à bulbe pivotante.

4 différents types de quilles Différents types de quille: quille longue, quille pendulaire, dérive lestée et quille de roulis. Illustration: Claudia Myatt.

3. Types de dérives

Les dérives sont des pièces mobiles submergées qui empêchent le bateau de dériver en exerçant une force de redressement, mais, à la différence des quilles, qui sont fixes, elles peuvent être escamotées dans la coque pour améliorer la vitesse, réduire le tirant d’eau en eaux peu profondes ou pour faciliter le transport du bateau dans une remorque.

3.1. Dérive pivotante et dérive sabre

Les dérives pivotantes basculent sur un boulon qui permet à la partie inférieure de monter ou de descendre et celles-ci se rangent dans un compartiment du bateau conçu à cet effet. Les dérives sabre peuvent être entièrement retirées en glissant verticalement à travers une fente dans la coque.

3.2. Dérive rétractable

C'est le même principe que les dérives pivotantes et sabre, mais avec un lest pour augmenter la stabilité du bateau.

6-orzas Dérive: dérive sabre ou dérive pivotante et dérive rétractable. Illustration: Claudia Myatt.

4. Types de gouvernails

Les principales fonctions du gouvernail sont: rendre le bateau pus maniable, plus stable, et aider la force latérale. Ci-dessous, nous listons les types de gouvernails les plus courants.

4.1. Gouvernail à quille

Ce type de gouvernail correspond aux bateaux à quille longue et est couplé à la quille. Il est robuste du fait de sa conception et n'est généralement pas sujet à des obstructions, mais il a besoin de plus d'angle pour les virages, ce qui ralentit le bateau.

4.2. Gouvernail avec aileron

C'est un gouvernail qui est généralement associé à des bateaux à quilles courtes avec aileron, il correspond à une pièce à l'arrière de la coque où le gouvernail est attaché. C'est un système qui se trouve entre le gouvernail à quille et le gouvernail suspendu. Sa fiabilité et sa robustesse dépendent des matériaux utilisés et de la façon dont l’aileron est attaché à la coque.

4.3. Gouvernail suspendu

Ce type de gouvernail est suspendu au fond de la coque par la mèche et est la solution adoptée par de nombreux bateaux des années 80. S'il est bien conçu et construit, il offre de la solidité et un très bon contrôle.

4.4. Gouvernail sur la traverse

Il fonctionne comme le gouvernail suspendu mais est attaché à l’arrière du bateau.

4.5. Double gouvernail

C'est un type de gouvernail qui, après avoir prouvé son efficacité sur les voiliers océaniques, s'est étendu aux voiliers de croisière. Son principal avantage est qu'il permet un meilleur contrôle de la direction lorsque le bateau gîte.

5. Types de gréements

La configuration du mât et des voiles est une autre façon de différencier les voiliers. Voici quelques-uns des types de gréements les plus courants:

5.1. Sloop au sommet du mât

Le type le plus commun de voilier est celui qui est monté en sloop. Le gréement en sloop a un mât et deux voiles: une grand-voile et une voile d'avant. Selon la taille et la forme de la voile d'avant, elle peut être appelée foc, génois ou spinnaker. La voile d'avant s’envergue dans l'étai, un câble qui relie la partie supérieure du mât et l'avant du bateau.

5.2. Sloop fractionné

Il est très semblable au gréement de sloop décrit ci-dessus. Dans ce cas, l'étai n'atteint pas le sommet du mât. Ce type de gréement, qui offre plus de facilité au tangage et à la manœuvre, était très populaire dans les années 60 et 70 et est de nouveau à la mode, en particulier sur les voiliers de course de haute performance.

5.3. Cutter

Comme le sloop, le cutter a aussi un seul mât et une grand-voile, mais le mât est situé plus à l'arrière pour faire de la place pour deux voiles d'étrave et deux haubans. L’étai principal envergue le foc et l’étai de la trinquette envergue la trinquette. Ce type de gréement est généralement le plus approprié pour les voiliers de croisière car il offre une variété de combinaisons de voiles faciles à utiliser pour différentes conditions de vent.

Types de gréement en schéma explicatif Gréement: sloop au sommet du mât, le gréement fractionné et le cutter. Le cutter a deux voiles avant. Illustration: Claudia Myatt.

5.4. Ketch

Un voilier de type ketch possède deux mâts, un plus en avant (le mât principal) et un autre plus petit qui est situé à l'arrière du mât principal, mais devant le gouvernail de direction. Le mât qui est le plus à l'arrière s'appelle le mât d'artimon.

5.5. Goélette

Sur une goélette, le mât de poupe (majeur ou maître) est plus long que le mât de proue (à cliquet, ou s'ils sont plus, à cliquets). Les goélettes peuvent avoir jusqu'à six mâts et même sept, bien que la plupart en aient deux.

5.6. Yole

Un yole (du néerlandais «jol», en anglais «yawl») est semblable à un ketch et a également un mât de proue plus court que le mât principal. La différence est que l'artimon de la yole est situé en dehors de la longueur de flottaison, de sorte que la voile d'artimon est plus petite.

Les différents types de gréement avec un ketche, un yole et un goélette. Gréement: ketche, yole et goélette. Ces types de gréements ont deux mâts: un grand, et un autre plus petit, que l'on appelle le mât d'artimon. Illustration: Claudia Myatt.

6. Différents voiliers, différentes utilisations

De nos jours, les voiliers sont utilisés presque exclusivement pour des activités de plaisance et sportives. Il y a une grande variété de bateaux de course et de croisière que vous pouvez apprécier de différentes façons dans les lacs, les rivières, les canaux, les eaux côtières et les océans et pour différentes périodes de temps. Alors que la plupart des marins s'installent pour une sortie de quelques heures ou une croisière le week-end, d'autres achètent un voilier pour réaliser le rêve de naviguer à l'horizon sans date de retour.

Plusieurs voiliers distincts selon leur utilisation Différents voiliers pour différents usages, du petit bateau pour le loisir au bateau de compétition pour de la course. Photo O'pen BIC: Ken Terrens.

7. Acheter un voilier

L'idée d'acheter un voilier est excitante, mais elle peut aussi faire peur si vous n'avez aucune expérience. Peu d'informations ou trop d'informations et l'effet est le même: la confusion. Le plus important est de ne pas se décourager et de savoir que si vous avez décidé d'acheter un voilier, un processus de plusieurs semaines ou de plusieurs mois vous attend.

Un bon point de départ pour trouver l'information dont vous avez besoin est cet article dédié aux néophytes de la navigation de plaisance: comment acheter un bateau

Si vous souhaitez obtenir des conseils pour choisir le voilier qui répondra le mieux à vos attentes, consultez cet article.

7.1. Acheter un voilier neuf: avantages et inconvénients

Si vous savez déjà exactement ce que vous attendez de votre voilier, l'achat d'un bateau neuf peut être la meilleure option. Vous pouvez choisir parmi les différentes finitions offertes par le chantier naval et ajouter les options qui conviennent le mieux au type de navigation que vous voulez pratiquer. En outre, les bateaux neufs bénéficient d'une garantie de deux ans ou plus, ce qui vous garantit une sécurité lors de l'investissement. Cependant, si vous choisissez d'acheter un bateau neuf, vous devez garder à l'esprit que votre bateau se dépréciera considérablement au cours des premières années, tout comme les voitures.

7.2. Acheter un voilier d'occasion: avantages et inconvénients

Si le budget est un facteur important dans le choix de votre voilier, acheter un bateau d'occasion peut être un bon compromis. Le prix d'un modèle vieux de 5 ans peut être divisé jusqu'à la moitié du prix du modèle neuf, ce qui représente une économie importante. Un autre avantage à prendre en compte est que le marché de l'occasion vous permet d'acheter un bateau plus grand avec le même budget. Cependant, il se peut que vous ayez à dépenser un peu d'argent en équipements pour remettre à votre goût le bateau que vous aurez choisi.

8. Combien cela coûte ?

Le coût d'un voilier s'étend au-delà du prix d'achat, vous devez donc étudier chaque détail avec précision pour élaborer votre budget. Avant d'acheter, il faut considérer plusieurs dépenses: formation et cours pour obtenir le diplôme correspondant, les primes d'assurance, les droits d'accostage, l'entretien annuel (les voiliers ont généralement besoin de beaucoup d'entretien, donc vous devez prévoir ces coûts), les améliorations et les réparations. Vous trouverez plus d'informations ici sur les frais relatifs à l'entretien d'un bateau.

9. Voiliers à vendre

Il y a une grande variété de voiliers à vendre sur iNautia. Il est très facile de trouver le celui qui correspondra le mieux à vos attentes puisque vous pouvez filtrer vos recherches par prix, emplacement, longueur, marque et modèle.