Les parties d’un bateau

Auteur Maria José Lemos
03/05/2019

Bâbord, tribord, proue, poupe… Connaître le lexique nautique est très important afin de comprendre ce qui se passe à bord de votre bateau. Nous allons ici faire un bref rappel des parties principales d’un bateau et des termes nautiques communément utilisés par les marins.

partes-de-un-barco

Les gens de mer ont leur propre vocabulaire pour décrire leur quotidien et leur environnement: le “vocabulaire nautique” est un condensé de mots qui identifient de manière claire les parties d’un bateau et les éléments qui l’entourent. Bâbord, tribord, proue, poupe, et tout un tas d’autres mots ont une origine ancienne et ont évolué afin que les personnes à bord puissent mieux se comprendre.

Chaque partie ou pièce d’un bateau a sa propre dénomination, claire et difficile à confondre. La raison en est très simple: le bruit assourdissant de la navigation pendant une tempête impose que la communication soit précise, car le bateau et la vie de l’équipage sont en jeu. Heureusement, la technologie actuelle rend la navigation plus simple et plus sûre, mais cela dit, posséder une VHF dernier cri ne vous servira pas beaucoup si vous ne savez pas vous en servir.

Vocabulaire à bord

Dans cet article, nous nous concentrerons surtout sur le lexique plus technique des bateaux à moteur, mais d’abord nous allons faire un petit rappel de l’origine des termes les plus communs.

Beaucoup de ces mots sont déjà connus du grand public: “proue” et “poupe” sont sûrement les mots les plus répandus du vocabulaire nautique. La proue est la partie avant d’un bateau. La première image qui nous vient alors est celle des figures de proue accolées aux bateaux de pirates.

La poupe, du latin “puppis”, est quant à elle la partie qui se trouve à l’arrière du bateau. Il faut savoir que les premiers bateaux conçus développèrent leur vitesse maximale en recevant le vent de derrière, par la poupe.

 “Proue” et “poupe” sont sans aucun doute les mots les plus communs dans le lexique du monde nautique. “Proue” et “poupe” sont sans aucun doute les mots les plus communs dans le lexique du monde nautique.

Bâbord et tribord

Une des évolutions les plus surprenantes est celle des termes tribord (vert) et bâbord (rouge), qui se réfèrent à la position du gouvernail et au côté par lequel on déchargeait les premiers bateaux de commerce dans la Méditerranée. L’évolution phonétique de ces mots est due à leur utilisation par de nombreuses langues différentes.

Mais, pourquoi n’utilise-t-on pas tout simplement les mots “droite” et “gauche”? La raison est simple: les équipages se déplaçaient sans cesse de la proue à la poupe et cela créait de grandes confusions entre ceux qui allaient et ceux qui venaient. Il s’est donc établi que, en regardant de la poupe à la proue, tribord est toujours à droite et bâbord à gauche, sans tenir compte du sens de navigation, de la circulation ou de l’équipage. De même que la proue et la poupe, ces termes permettent de diviser le bateau en 4 parties.

 Cap

Il y a beaucoup de termes que le monde nautique partage avec l’aéronautique. En vérité, ils ne partagent pas seulement des mots, mais également des principes physiques. En ce qui concerne la navigation, il est évident qu’elle a contribué à la diffusion du mot “cap”. Son origine nous vient encore une fois du latin, et sa diffusion dans le monde maritime se réfère peut-être aux objets utilisés par les magiciens, qui faisaient tourner un élément indiquant une direction, et plus anciennement à l’utilisation de la boussole.

Quille

Rares sont les scènes de films avec des bateaux qui ne sont pas critiquées pour l’aspect technique de la navigation. Cependant, il est certain que le cinéma a contribué à la diffusion d’expressions comme le “supplice de la cale” (“cale par-dessous la quille” ou encore “pasar por la quilla” en espagnol). Si ce n’était pas un châtiment des boucaniers, peu de personnes sauraient qu’il existe une partie du bateau qui reste toujours immergée. La quille, tout comme le gouvernail, est un des éléments de la coque et est responsable d’une des grandes avancées technologiques de la navigation commerciale à voile avant les bateaux à moteur. Cette avancée permettait de réduire l’angle selon la direction du vent et ainsi d’augmenter de manière considérable le nombre de milles par voyage. La quille apporte aussi stabilité et limite la dérive.

Pour en savoir plus sur les types de quilles, vous pouvez lire notre article sur les parties d’un voilier

 Différents types de quille: quille longue, quille droite, quille à bulbe et quille de roulis. Différents types de quille: quille longue, quille droite, quille à bulbe et quille de roulis.

Glossaire nautique essentiel

Pour revenir sur les particularités des bateaux à moteur, nous allons organiser ce glossaire par ordre alphabétique, afin que vous puissiez vous y retrouver plus facilement. La grande majorité de ces termes s’applique également aux bateaux à moteur.

Abatée: manoeuvre qui consiste à s’éloigner du lit du vent.

AIS: en anglais Automatic Identification System. Il a pour objectif premier de permettre aux navires marchands de communiquer leur position et d’autres informations utiles afin d’éviter les collisions entre navires.

Amarre: câble ou cordage avec lequel on retient un bateau à un quai, une bouée ou tout autre élément naturel (rocher, arbre, etc.).

Anénomètre: instrument utilisé pour mesurer l’intensité du vent. Celle-ci peut être exprimée de différentes manières, les plus utilisées sont les nœuds, un nœud équivalent à 1,852 km/h. On utilise aussi l’échelle de Beaufort qui va de 0 à 12, le 0 équivalent au calme et le 12 à un ouragan avec des vents de plus de 118 km/h.

Arrimage: disposition de la cargaison d’un bateau de manière à ce qu’elle soit transportée en sécurité et qu’elle n’affecte pas la stabilité du bateau. C’est une des tâches les plus importantes quand on charge le bateau pour une traversée. En effet, il faut non seulement penser à la gîte mais également à la façon dont sont disposés les objets afin qu’ils tiennent correctement sur le bateau.

Balise: signe fixe ou mobile utilisé pour marquer un point géographique, une zone de danger ou d’interdiction de navigation. Il est très important de connaître la signalisation de l’endroit dans lequel vous avez l’habitude de naviguer et de vous renseigner sur la signalisation que vous découvrez en voyage.

Bord: chacun des côtés du bateau séparés par la ligne centrale (bâbord ou tribord)

Au vent: se dit d’un bateau qui se trouve du côté d’où souffle le vent.

Bitte d’amarrage: c’est une borne en fonte placée au bord d’un quai afin que les bateaux soient amarrés de manière solide.

 La bitte d'amarrage est une borne en fonte placée au bord d’un quai. La bitte d'amarrage est une borne en fonte placée au bord d’un quai. Photo Frédéric Bisson.

Bord: bord supérieur du côté d’un bateau.

Border: tirer, donner de la tension sur un bout.

Bouée: corps flottant placé à un endroit déterminé pour pour signaler quelque chose (mouillage, obstacle, etc.). Si elle signale un danger, elle est alors appelée balise.

Bout: à bord, tous les cordages sont appelées “bouts”.

Cale: partie presque plate de la coque d’un bateau et qui forme le fond de celui-ci avec la quille.

Calme: immobilité des vagues.

Canal: aire de navigation á l’entrée des ports, entre des bancs de sable, des roches ou des fleuves navigables, délimitée par des bouées. L’Europe est régie par le système de bouée maritime IALA (International Association of Lighthouse Authorities) “A”. Dans les système “A”, un bateau qui va depuis la mer jusqu’au port en passant par un canal avec des bouées doit laisser les bouées et les marques vertes à tribord.

Cap: c’est la direction vers laquelle un bateau navigue.

Chandelier: tige verticale métallique qui supporte la filière (filet) qui permet d’éviter de chuter du bateau.

Compartiment étanche: compartiment ou récipient dans lequel l’eau ne rentre pas.

Corps-mort: élément déposé au fond de l’eau dans un port et qui permet de s’amarrer sans utiliser d’ancre.

Creux: partie la plus basse de l’intérieur de la coque, entre le sol et la quille.

Défenses: ce sont les protections utilisées pour éviter que le bateau ne se cogne contre le quai ou contre un autre bateau.

Dérive: la trajectoire du bateau est déviée sous l’effet du vent.

Déplacement: le principe d’Archimède le résume parfaitement: “Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé”, le poids étant ici celui du bateau.

Ecoper: c’est l’action de vider l’eau par-dessus bord avec la pompe de cale ou avec un seau si l’arrivée d’eau est trop importante.

Etrave: pièce ou ensemble de pièces qui prolonge la quille à la proue. On peut trouver des étraves de poupe sur les bateaux plus anciens.

Flybridge: terrasse ouverte sur le pont principal d’un bateau. Cela permet d’avoir une meilleure visibilité et une agréable sensation de brise sur le visage.

 L’Astondoa 80 Flybridge est un exemple de bateau avec un flybridge, c’est-à-dire avec une terrasse ouverte sur le pont principal. L’Astondoa 80 Flybridge est un exemple de bateau avec un flybridge, c’est-à-dire avec une terrasse ouverte sur le pont principal.

Franc-bord: distance entre le pont et la ligne de flottaison du bateau.

Friser: se dit de la mer lorsque le vent y forme de petites vagues. 

Gaffe: bâton en bois ou métallique avec une pointe et un crochet en métal à l’extrémité, utilisé pour vous assister durant les manoeuvres, particulièrement au moment d’amarrer, atteindre un bout, attraper une bouée, etc.

Gîte: inclinaison latérale d’une embarcation, qui penche sur un bord sous l’effet du vent.

Gouvernail: élément indispensable pour mener le bateau. Si vous souhaitez en savoir plus sur les différents types de gouvernails, vous pouvez lire cet article.

Hélice: ensemble d’ailettes ou de pales tournant autour d’un axe et qui poussent l’eau, ce qui produit une force qui pousse le bateau.

Houle: c’est l’action du vent qui augmente l’intensité des vagues.

Largeur: largeur de la coque. Cela peut être la largeur intérieure, extérieure ou maximale.

Latitude: distance angulaire entre un point sur Terre jusqu’à l’équateur. Elle s’exprime en degrés, minutes et secondes par rapport aux méridiens.

Libre pratique: autorisation d’amarrer à un quai, à une bouée, etc.

Ligne isobare: ligne qui relie plusieurs points de pression atmosphérique identique. La distance qui sépare ces lignes détermine l’intensité du vent: plus elles sont proches, plus l’intensité du vent est forte.

Longitude: distance angulaire entre un point sur Terre jusqu’au méridien de Greenwich. Elle s’exprime en degrés, minutes et secondes par rapport aux méridiens.

Longueur hors-tout: longueur d’un bateau.

Manille: outil métallique en forme de “U” dont les extrémités se rejoignent avec une vis (il existe beaucoup de formes différentes selon l’usage souhaité). On l’utilise généralement pour relier la chaîne à l’ancre ou également pour s’amarrer sur une bouée.

Manoeuvre (de port): action ou suite d’actions dans l’avancée du bateau.

Marée haute: c’est l’état de la mer lorsqu’elle est au plus haut.

Mille marin: c’est l’unité de mesure utilisée internationalement en mer et qui équivaut à 1852 mètres.

Mise à sec: déplacer le bateau hors de l’eau pour faire en sorte que la quille touche le sol. On peut également le mettre au sec pour effectuer des réparations loin de l’eau, dans une aire d’hivernage.

Mouillage: manoeuvre durant laquelle on choisit l’endroit approprié selon la profondeur et le fond de l’eau (idéalement du sable) pour jeter l’ancre et laisser le bateau immobile.

Multicoque: bateau construit avec plusieurs coques reliées entre elles, par exemple un catamaran.

Nable: soit un bouchon, soit une ouverture dans les ponts pour laisser passer les lances à incendie.

Osmose: phénomène physico-chimique durant lequel la coque du bateau absorbe l’eau en faisant apparaître des cloques. Désormais, on peut éviter ce phénomène, mais pendant de nombreuses années, ce n’était pas le cas. Si vous souhaitez des conseils pour prendre soin de votre bateau au maximum, consultez cet article.

 L’osmose est un des plus graves problèmes qui peut détériorer un bateau en fibres de verre.

Pointer au vent: se dit d’un bateau au mouillage qui dérive suite à l’action du vent et du courant. Cela arrive car l’ancre n’est pas correctement positionnée.

Ponton: passerelle flottante qui donne accès aux bateaux amarrés à un port.

Priorité: c’est le droit de passage que doit céder un bateau à l’autre.

Quille: c’est la pièce centrale et la partie la plus basse du bateau.

Radiobalise: balise munie d’appareils électroniques qui permettent d’émettre des signaux. C’est l’un des éléments les plus importants pour assurer la sécurité d’un bateau car elle permet à celui-ci d’être localisé en cas d’urgence.

Sous le vent: direction vers laquelle le vent se dirige, c’est le contraire d’au vent.

Taquet: pièce métallique ou en bois qui peut être située à la proue, à la poupe ou à la bande et qui s’utilise pour capeler les cordes d’amarrage ou de remorquage.

Tableau de bord: c’est l’endroit d’où l’on peut contrôler les paramètres de fonctionnement du moteur et les éléments électroniques.

Tirant d’eau: profondeur atteinte par la partie immergée du bateau.

Traversée: distance que parcourt un bateau en 24 heures.

Virer de bord: changer la direction d’un bateau.

Winch: système permettant de multiplier la force exercée sur les bouts.

Il vous sera intéressant d’apprendre ces quelques expressions comme une introduction et de vous créer votre propre lexique la prochaine fois que vous irez au bar du port ou de votre club. Vous n’aurez alors plus qu’à obtenir l’expérience nécessaire pour appliquer chacun de ces termes.